Article Sidespin: Le langage corporel et l’émotion

desktop11 Kopie

Article Sidespin: Le langage corporel et l’émotion

Selon un proverbe de l’époque impériale, „posture du corps = état d’esprit !“ – et à l’instar de nombreux autres (parfois très vieux) proverbes que nous utilisons au quotidien, ce proverbe possède également son évidence.

 

Le texte suivant se penche entre autres sur la façon avec laquelle le langage corporel peut influencer nos propres émotions.

 

 

 

Texte: Dirk Lion, photos: zvg, René Zwald

 

Nous réagissons fortement aux signaux non verbaux

 

Souvent, en seulement quelques secondes, nous portons un jugement sur d’autres – et celui-ci comporte trop souvent de nombreux éléments justes pour pouvoir dire qu’il s’agit d’un coup de chance statistique. Ce phénomène, appelé „Thin slicing“, permettait par exemple de prévoir les résultats des élections des gouverneurs américains à 70% rien qu’en montrant une photo ou un court extrait de la vidéo des candidats pendant quelques secondes à des sujets d’étude. Depuis toujours, la faculté de jugement de l’être humain permet aussi (et surtout) de reconnaître des caractéristiques non verbales du comportement et de les catégoriser rapidement. Autrefois, cette faculté était de la plus grande importance puisqu’une mauvaise décision pouvait parfois entraîner une grave blessure, voire la mort.

 

Power Poses : plus de succès en deux minutes

 

desktop11

Dans le domaine du langage corporel, les „(High) Power Poses“ sont particulièrement célèbres. Dans ce contexte, on prend une certaine posture pendant deux minutes : se tenir bien droit, debout ou assis, avec les bras ouverts ou croisés derrière la tête (cf. photo). Dans une étude d’Amy Cuddy, les sujets du groupe A prenaient ces Power Poses tandis que les personnes appartenant au groupe B laissaient tomber les épaules ou gardaient les bras croisés devant elles („Low Power Poses“). Ensuite, les personnes des deux groupes devaient faire un exposé spontané sans l’avoir su à l’avance. Un jury indépendant qui n’était pas informé sur l’essai évaluaient alors ces exposés. Le résultat était sans équivoque : les exposés des sujets qui avaient pris une „Power Pose“ obtenaient des évaluations nettement meilleures.

 

Un essai similaire où les participants menaient ensuite un entretien d’embauche confirmait ce résultat : les sujets qui avaient pris les „Power Poses“ pendant deux minutes décrochaient plus souvent le poste car leur présentation globale obtenait une évaluation nettement plus positive. Selon les employeurs, les qualifications ou l’expérience des candidats étaient moins importantes que la "présence" de la personne : son authenticité, son assurance, sa passion et son enthousiasme.

 

  and the researchers also asked the subjects to assume low power poses for 2 minutes

Notre langage corporel influence notre équilibre hormonal

 

Pourquoi ces deux minutes de „Power Posing“ mènent-elles à un tel résultat ? Cette réaction est en relation avec deux hormones, d’une part la testostérone (l’hormone de la dominance) et d’autre part le cortisol (l’hormone du stress). Chez les sujets ayant pris une „Power Pose“, le taux de testostérone augmentait d’environ 20%, tandis que le taux de cortisol diminuait de près de 25%. Chez les sujets ayant pris une „Low Power Pose“, le taux de testostérone diminuait par contre de 10% tandis que le taux de cortisol augmentait de 15%. Les personnes ayant pris les Power Poses, avaient donc plus d’assurance tout en résistant mieux au stress. En même temps, les personnes ayant pris les „High Power Poses“ étaient plus disposées à prendre des risques. Ces études et d’autres encore permettent de tirer les conclusions suivantes :

  • „Our body can change our mind“ (notre corps peut modifier notre pensée)
  • „Our nonverbals govern how we think and feel about ourselves” (notre comportement non verbal décide de ce que nous pensons de nous-mêmes et de ce que nous sentons)

Une autre enquête menée en tennis examinait les vêtements de l’adversaire (vêtements spécifiques au sport comparés aux vêtements de sport normaux) et le langage corporel et menait à la conclusion que seul le langage corporel influence sensiblement l’évaluation de l’adversaire.

Le tennis de table et le langage corporel

NW SM 2017 Sonntag3 internet 32 von 37

 

Ces enquêtes et bien d’autres prouvent qu’il existe clairement une relation entre le langage corporel et les émotions de la personne concernée, et qu’au passage, cela influence aussi les autres. Utiliser cette réalité sciemment comme moyen est un art que l’on peut apprendre, même si cela va peut-être momentanément à l’encontre de nos sentiments. Le mot clé est : „Fake it until you make it“!

Dans la pratique de l’entraînement et du coaching, nous ne devrions donc non seulement essayer d’attirer l’attention de nos joueuses et joueurs sur ce thème, mais également observer le langage corporel de nous-mêmes et de nos joueurs. Être affalé sur le banc (en pianotant peut-être même sur le téléphone portable) quelques minutes avant le début du match est tabou. Le langage corporel est un thème auquel nous réagissons tous chaque jour plusieurs centaines de fois, nous l’étiquetons, nous le produisons nous-mêmes et nous devrions être en mesure de l’utiliser habilement en notre faveur.

 

Conclusion : peu importe que vous deviez prochainement passer un entretien d’embauche ou que vous soyez obligé de régler une situation difficile : ne rasez pas les murs ! Vos taux de testostérone et de cortisol vous en remercieront – et votre interlocuteur réagira également plus positivement.

 

Remarque de l’auteur : TED Talks est un format qui séduit désormais des millions de spectateurs. Des scientifiques présentent en 18 minutes au maximum leur sujet de recherche au public : facilement compréhensible, bien préparé, et souvent très amusant. Concernant l’essai avec les „Power Poses“, entrez „Amy Cuddy Power Poses“ sur YouTube et sélectionnez, si nécessaire, un sous-titrage. Amusez-vous bien !

 

Littérature

  • Cuddy, A.: Your body language shapes who you are: https://www.youtube.com/watch?v=Ks-_Mh1QhMc (consulté le 04.06.2017)
  • Cuddy, A./C. Wilmuth, Carney, R.: The Benefit of Power Posing Before a High-Stakes Social Evaluation. Harvard Business School Working Paper, No. 13-027, septembre 2012
  • Greenlees, I./Bradley, A./Holder, T./Thelwell, R.: The impact of opponents’ non-verbal behaviour on the first impressions and outcome expectations of table-tennis players, in: Psychology of Sport & Exercise 6 (2005), p. 103–115

 

Autre articles dans cette édition:

Nouvelles possibilités de recrutement des talents

Tournoi ultimate