Actualités/Coming up

Sidespin Février

 

11 février 2018

TC jeunesse Top8 à Genève

Résultats

 

3/4 mars 2018

CS elite à Neuchâtel

 

14/15 avril 2018

CS jeunesse à Olten

 

Tournois licenciés

Invitations

 

Tournois non-licenciés

Invitations

SIDESPIN

Abonnez-vous au

Sidespin

Facebook

Article du Sidespin : Le nouveau classement mondial et ses conséquences

Nicoals ChampodArticle du Sidespin : Le nouveau classement mondial et ses conséquences

Pour 2018, l’ITTF souhaite introduire un nouveau système de calcul du classement mondial. Les joueurs nationaux Nicolas Champod et Rachel Moret ainsi que le Chef Sport d’élite Georg Silberschmidt expliquent les conséquences de ce nouveau classement mondial.

 

Texte : Stefan Kleiser, photos : René Zwald et Georg Silberschmidt

 

«Pour moi, le classement mondial est important», explique Nicolas Champod : «Je le consulte chaque mois.» Le joueur national de 26 ans continuera à consulter ce classement. Mais il sera peut-être bientôt moins heureux en découvrant son nom au classement mondial. Car le Genevois perdrait beaucoup de places si au début de l’année prochaine, la fédération mondiale de tennis de table devait introduire le nouveau calcul du classement mondial tel qu’il a été présenté.

 

 

«L’un de nos principaux objectifs est d’augmenter considérablement les prix en espèces lors des tournois. En même temps, nous souhaitons améliorer la qualité des tournois», explique Steve Dainton, directeur du marketing de l’International Table Tennis Federation, sur le site internet de la fédération mondiale. «Pour ce faire, nous devrons convaincre nos partenaires que ces tournois sont vraiment importants. Et pour cela, nous avons besoin que les meilleurs joueurs participent aux tournois.» Le nouveau calcul des points pour le classement mondial doit inciter les vedettes à participer à plus de tournois.

 

Nicolas Champod devrait jouer plus – s’il le pouvait

Jusqu’à présent, les points étaient ajoutés ou soustraits des points actuels – en fonction des victoires, défaites et places obtenues lors des tournois au cours du dernier mois. Si un joueur ne participait à aucun tournoi, il gardait le même total des points. À partir de janvier 2018, le nombre de points devra être calculé sur la base des huit meilleurs résultats au cours des douze derniers mois. (Exception : les points obtenus dans le cadre de Championnats du monde ou de Jeux olympiques sont pris en compte plus longtemps). Les joueurs qui jouent plus auront aussi un meilleur bilan des huit meilleurs résultats.

 

Pour les mois de janvier, février et mars, l’ITTF a élaboré, à titre d’essai, des classements selon la nouvelle méthode de calcul et les a publiés sur le site internet. Pour la plupart des joueurs, la position au classement mondial ne change pas beaucoup avec l’application de la nouvelle méthode de calcul. Mais cela n’est pas le cas pour tout le monde. En mars, l’Allemand Timo Boll n’aurait par exemple pas été le numéro 12 du monde, mais seulement le numéro 44 mondial; il ne dispose en effet que de quatre résultats pour l’année. Quant à Nicolas Champod, il aurait reculé même de 142 places en mars (527ème au lieu de 385ème).

 

«Normalement, je dispute seulement trois tournois par année : le Belgium Open, le Luxembourg Open et le Finlandia Open», explique-t-il. «Les bons joueurs disputeront simplement plus de tournois. Mais pour moi, cela sera difficile.» Entre autres, parce qu’il n’a pas le temps. «Je fais encore des études et je donne des entraînements», précise Champod. Mais aussi à cause de l’argent. Plus de voyages à l’étranger pour participer à des tournois coûtent plus cher. Nicolas Champod ne peut toutefois pas compter sur un soutien supplémentaire de la part de Swiss Table Tennis.

 

Georg SilberschmidtLes Jeux olympiques sont prioritaires – donc Rachel Moret

«Notre budget est limité», confirme Georg Silberschmidt, Chef Sport d’élite de Swiss Table Tennis. «Nous pouvons seulement dépenser l’argent dont nous disposons.» Dans la nouvelle stratégie de la fédération qui sera bientôt adoptée, la qualification d’une joueuse ou d’un joueur pour les Jeux olympiques est prioritaire. Car cela permettrait éventuellement de gagner les points nécessaires pour obtenir la classification 3 de Swiss Olympic. La fédération pourrait ainsi toucher une subvention plus importante de l’organisation faîtière des fédérations sportives suisses.

 

En 2016, la Championne suisse Rachel Moret manquait la qualification pour Rio de Janeiro lors du tournoi de qualification européen. Les dernières places étaient ensuite attribuées en fonction du classement mondial. À l’époque, il manquait quelques petites places à Moret qui figurait alors à la 150ème position pour pouvoir néanmoins s’aligner lors des Jeux olympiques. Les Messieurs sont plus loin au classement. «Qu’ils figurent à la 250ème ou à la 320ème place au classement mondial n’a aucune importance», explique Georg Silberschmidt : «ils doivent de toute façon décrocher une place lors du tournoi de qualification.»

 

Dans le nouveau classement, Rachel Moret gagnerait des places. En mars, on l’aurait retrouvé à la 62ème place du classement mondial – et pas à la 106ème place. «Elle aurait alors déjà été qualifiée», souligne Silberschmidt. Et puisque pour Rachel Moret, la place qu’elle occupe au classement mondial est importante, le Chef Sport d’élite ajoute : «Les règles définissent ton comportement. Rachel disputera donc deux tournois supplémentaires». Et les autres un de moins. Selon Silberschmidt, cela ne sera peut-être pas encore le cas en 2018, car dans le cycle olympique, 2018 est une année de mise en place. Mais cela sera le cas en 2019 et en 2020.

 

Rachel MoretIl sera plus difficile d’obtenir une bonne place lors des tournois

Le fait que selon le nouveau mode de calcul, elle gagnerait autant de positions s’explique pour Rachel Moret avec sa victoire lors du tournoi à Santiago de Chile en avril 2016. «Je faisais en plus souvent partie des têtes de série des tournois et je disputais donc les 1/32 de finale. Cela me permettait régulièrement d’obtenir des points pour le nouveau classement.» Actuellement, le nouveau classement profiterait ou nuirait encore à certains joueurs, pense Moret. «Mais cela s’équilibrera rapidement.»

 

Le nouveau classement est aussi un sujet de discussion dans le cadre des tournois. «La plupart des joueurs partagent mon avis», précise Moret. «Que les joueurs seront obligés de s’aligner plus souvent sur le plan international pour obtenir un meilleur classement – et que de ce fait, le niveau des tournois du Pro Tour augmentera. Il sera donc plus difficile de se hisser aux premières places.» Cela est aussi valable pour elle. Jusqu’à la qualification pour les Jeux olympiques de 2020, elle aura par conséquent encore un grand chemin à parcourir. «Il faudra que je m’améliore encore dans beaucoup de domaines.»

 

Le nouveau système de classement n’est toutefois pas encore introduit. La fédération mondiale recueille des feedbacks encore jusqu’à la fin de ce mois. Il n’est pas exclu qu’il y ait des adaptations. Selon Georg Silberschmidt, il y aurait des oppositions de la part de joueurs : «On verra si les changements seront introduits tels quels». À son avis, il est par contre sûr qu’on modifiera la méthode de calcul du classement mondial.

 

Autres articles dans cette édition du Sidespin :

Trouver de nouveaux partenaires avec une application

Les adieux ne sont pas éternels

Actualités/Coming up

Sidespin Février

 

11 février 2018

TC jeunesse Top8 à Genève

Résultats

 

3/4 mars 2018

CS elite à Neuchâtel

 

14/15 avril 2018

CS jeunesse à Olten

 

Tournois licenciés

Invitations

 

Tournois non-licenciés

Invitations

SIDESPIN

Abonnez-vous au

Sidespin

Facebook